• Le bertsulari Sustrai Colina qualifié pour la finale

    Le bertsulari Sustrai Colina qualifié pour la finale

    Le journaliste, orginaire d’Urrugne, s’est qualifié, samedi, pour la finale de Barrakaldo, le 15 décembre.

    Sustrai Colina s’est qualifié pour la finale comme son partenaire de joute, Aitor Mendiluze.

    Sustrai Colina s’est qualifié pour la finale comme son partenaire de joute, Aitor Mendiluze. (phoio M. B. )

    Maialen Lujambio n’est plus seule. Première femme à remporter la finale du concours de bertsulari du Pays Basque en 2009 et seule à être qualifiée d’office pour la finale de 2013, elle connaît désormais le nom de ses sept challengers. Leur nom a été dévoilé, samedi soir à Mauléon, à l’issue de la dernière demi-finale d’un championnat qui a débuté le 29 septembre dernier.

    Amets Arzallus, Igor Elortza, Beñat Gaztelumendi, Aitor Mendiluze, Unai Iturriaga, Aitor Sariegi et Sustrai Colina : voilà le plateau qui essaiera de détrôner celle qui, de l’avis des spécialistes, reste la grande favorite de cette finale qui n’a lieu que tous les quatre ans.

    À guichets fermés

    Maialen Lujambio était d’ailleurs à Mauléon, samedi, pour assister en spectatrice éclairée à cette demi-finale qui s’est déroulée dans un jai alai de Mauléon comble. Les bertsozale ou grands amateurs de ces joutes ne les manqueraient pour rien au monde et venaient essentiellement d’outre-Bidasssoa. La finale de Barrakaldo, le dimanche 15 décembre, se jouera d’ailleurs à guichets fermés, toutes les places étant prises depuis plusieurs semaines.

    Composer des vers en basque dans sa tête et les chanter selon des règles bien définies, la rime obligatoire n’étant pas la moindre difficulté : tel est le terrible exercice auquel se livrent les bertsulari.

    Un obstacle que Sustrai Colina, d’Urrugne, journaliste licencié en droit, a franchi avec succès samedi. Avec 595, 5 points, il remporte cette demi-finale. « Je pense que j’aurais pu faire encore mieux, analysait-il à l’issue de sa performance. Mais j’ai été à l’aise sur les deux derniers exercices et c’est un grand bonheur d’être sélectionné pour la finale, surtout à Mauléon. » Un bonheur qu’il a déjà connu par trois fois.

    Des thèmes insolites

    Plusieurs joutes en duo sur des thèmes proposés par Ione Itzaina, présidente de l’association Bertsularien Lagunak, ont permis au jury de comparer les concurrents. Un couple qui arrive dans une maison de retraite, un amoureux éconduit qui, après une nuit arrosée, entraîne son ami sous le balcon de son ancienne dulcinée : les bertsulari étaient amenés à se mettre dans les situations les plus variées ou les plus insolites.

    Lire la suite sur le site Sud_Ouest